Atelier Ka-Yiiri, Kader Kaboré et Sahab Koanda

Art et design contemporain africain - Burkina-Faso

Sahab Koanda

Sahab Koanda est né en 1971 à Tanghin-Dassouri, Burkina-Faso.
Artiste pluridisciplinaire et autodidacte, il vit et travaille à Ouagadougou au sein de l’Atelier Ka-Yiiri.

Après sa scolarité à l’école coranique, le jeune Sahab entre dans la vie active. Adolescent, il pratique plusieurs métiers, dont celui de chauffeur routier qui lui permet d’entretenir une passion naissante pour la mécanique et tout ce qui a trait aux machines.

En 1986, à l’âge de 15 ans, il participe à un concours lancé par Thomas Sankara intitulé « Libérez votre génie créateur » pour lequel il conçoit un hélicoptère.
Plus tard l’inventeur précoce se lance dans le bricolage des deux roues. Sous la forme d’un pied de nez, il transforme une motobécane Peugeot en une Harley Davidson. Ses motos atypiques intriguent. Le cinéaste Dani Kouyate en emprunte une pour son film Ouaga Saga (2004) qui met en scène les rêves d’adolescents et la débrouillardise de la jeunesse ouagalaise.
Au cours des années 2000, Sahab Koanda invente des voitures étonnantes. La plus célèbre reste la KS créée en 2008 dont le prototype séduit le Moogo Naaba, roi des Mossis, qui lui rend hommage en lui offrant un cheval noir à « chaussettes blanches » que l’artiste baptise avec humour Obama.

Image tirée du film Ouaga Saga de Dani Kouyaté
Copyright D.R
Une des KS

La créativité de Sahab ne connaît pas de frontière et sa curiosité le conduit vers des horizons très divers.
Jeune, il s’initie à la danse traditionnelle auprès de plusieurs maîtres, notamment Allassane Congo et Souleymane Badolo aka Solo, une manière pour lui de renforcer le socle de ses valeurs. Si son talent de plasticien s’exprime à partir de la fin des années 1990 en sculpture, l’art de la scène n’en demeure pas moins essentiel dans sa carrière.
Il fonde en 1991 le groupe musical KOKONDO ZAZ à travers lequel il marie sa passion pour le spectacle et le détournement des objets, au cœur de la conception des instruments de musique.

Vidéo : Axel Vanlerberghe

Sahab Koanda sculpteur est une figure incontournable de Ouagadougou. On le reconnaît par l’audace de ses créations et la monumentalité de ses œuvres. Sa démarche, basée sur la libre juxtaposition des matériaux et une haute technicité, ne cesse de se renouveler et de surprendre.
A compter de 2001, la présence de ses sculptures dans l’enceinte du FESPACO (Festival panafricain du cinéma de Ouagadougou) lui a offert une visibilité auprès d’un public local et international, et une plus grande légitimité dans le milieu artistique.
Celle qu’il réalise en 2019 pour célébrer le Cinquantenaire du festival représente un caméraman géant. Une autre de ses sculptures phares s’élève dans la rue des Récréâtrales, festival de théâtre à la grande popularité. A partir de 2003 Il développe des projets en partenariat avec le CCF (actuel Institut Français).
En 2009, il met en place son atelier de Tampouy, véritable laboratoire des arts.

Sahab Koanda est régulièrement invité à participer à des résidences artistiques en Europe. Il séjourne en France, à Troyes (2004), en Ardèche (2007 et 2008) à Lyon (2012) ainsi qu’à Belfort (2018). Plusieurs sculptures réalisées en situ se trouvent encore sur ces divers lieux de création.
A travers ses nombreuses réalisations, Sahab Koanda montre un esprit foncièrement libre et une énergie communicative. Il pratique son art comme un sport de combat qui éveille et frappe notre imaginaire. Aujourd’hui il travaille en étroite collaboration avec Kader Kaboré, fondateur de Ka-Yiiri.

Estelle Onema le 13 mai 2020